Coronavirus (Covid-19)

wwww.JPG
qq.JPG

SYMPTOMES

sss.JPG

TRANSMISSION

CARTE DE FRANCE DES DONNEES ACTUALISEES

  https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees

CARTE DES DEPARTEMENTS ACTUALISEE

  https://www.coronavirus-statistiques.com

Projet111.jpg
126304829_o.jpg
xxxx.JPG

Précautions à prendre avec les aliments et emballages

Quelles précautions si je suis malade ?

Si vous êtes malade, vous devez éviter de manipuler des aliments et de cuisiner pour les autres.

 

Comment supprimer le virus sur les fruits et légumes ?

Il faut bien les laver à l'eau claire avant de les consommer ou de les cuisiner. Essuyez les aliments ensuite avec un essuie-tout à usage unique. N'utilisez pas de désinfectant ou de détergent comme l'eau de javel, vous risqueriez une intoxication s'il était mal rincé. L'utilisation du vinaigre blanc n'est pas nécessaire.

 

Peut-on manger les fruits et légumes crus ou faut-il les cuire ?

Pour les légumes, une cuisson à 63°C (à feu moyen) pendant 4 minutes permet de détruire le virus potentiellement présent. Pour les crudités et les fruits consommés crus, un lavage à l'eau claire suffit.

Ces règles d'hygiène concernent-elles également les emballages ?

Il faut nettoyer les emballages avec un chiffon ou un essuie-tout à usage unique humide, ou les retirer lorsque cela est possible. Il n'est pas nécessaire d'utiliser de l'eau de javel et le vinaigre blanc est inefficace pour se débarrasser des virus résistants.

 

Quelles précautions prendre en rentrant des courses ?

Il faut tout d'abord se laver les mains. On peut laisser reposer ses courses quelques heures. Pour les produits frais qui se conservent au réfrigérateur, il faut retirer le suremballage et nettoyer les produits avec un papier essuie-tout humide avant de les ranger. Lavez-vous les mains soigneusement avant et après chaque manipulation.

Peut-on contracter le Covid-19 au contact de surfaces contaminées ?

Certaines études démontrant que le virus peut rester plus ou moins actif sur des surfaces inertes, le risque de toucher le virus en manipulant des objets contaminés n'est pas exclu mais reste faible. C'est pour cela qu'il est important de ne pas se toucher le visage durant ses achats, de se laver les mains lorsque l'on rentre chez soi et de respecter les recommandations déjà citées.

 

Comment nettoyer des surfaces potentiellement contaminées ?

Il faut utiliser des produits ménagers permettant d'effacer toute trace du virus. Vous pouvez utiliser par exemple l'alcool à 70°C qui est très efficace, pour désinfecter les poignées de porte, les claviers d'ordinateur ou de tablette. Utilisez de l'eau de javel avec précaution car c'est un produit fortement oxydant et caustique pour la peau, les muqueuses et les matériaux.

 

Attention : le téléphone, en contact direct avec les mains et le visage, peut être un vecteur de transmission du virus. Pour le désinfecter, vous pouvez utiliser des lingettes désinfectantes ou un papier essuie-tout imbibé d'alcool ménager qui sera ensuite jeté.

CONSEILS NUTRITIONNELS

Maintenir une activité physique régulière / Boire et s’alimenter sainement

Des régimes alimentaire sains devraient également faire partie de la réponse de chacun à cette crise. Il est recommandé de boire régulièrement, même en situation d’activité réduite, en évitant les boissons sucrées ou alcoolisées.

- Aliments essentiels pour l’énergie =  le riz, les pâtes, le pain et les racines.

- Aliments contribuant à la croissance physique et à la régénérescence du corps : viande, poisson, œufs, lait et autres produits laitiers tels que le fromage et le yaourt (pour les adultes qui souffrent de douleurs musculaires ou d'inflammations éviter le fromage le soir).

- Privilégier les sources de protéines d'origine végétale, comme les lentilles et les haricots qui ont une longue durée de conservation et sont riches en vitamines et minéraux.

- Privilégier la consommation de fruits et légumes de couleur (verts, jaunes, oranges, rouges, violets) riches en vitamines et en antioxydants.

 

Les fruits et légumes en conserve, congelés, séchés ou fermentés constituent une excellente source alternative de vitamines et de minéraux en cas de difficultés d'acheter des produits frais.

TRAVAILLER SON IMMUNITE - ACCROITRE SON IMMUNITE PAR L'ALIMENTATION = PRIVILEGIER LES VITAMINES  C  -  D  - E  

 

 

MEILLEURS SOURCES DE VITAMINES

VITAMINE C

Besoin en  vitamine C

500 mg de vitamine C par jour, en s'appuyant au maximum sur l'alimentation.

Une alimentation riche en fruits et légumes (ou abats) pourvoyeurs de vitamine C au long de la journée est conseillée plutôt qu’une dose unique et quotidienne (apportée par des compléments alimentaires par exemple).

Les meilleures sources en vitamine C :

Cette vitamine se trouve essentiellement dans les végétaux tels que la goyave, le poivrons, les choux, le raifort, le persil, le cassis, la pomme de terre.

1 citron = 60 g = 75 mg de vitamine C

Brocoli = 200 g = 212 mg de vitamine C

Tomate séchée à l’huile 50 g = 51 mg

2 kiwis = 200 g = 185,4 mg de vitamine C

5 litchis =80 g = 57,2 mg de vitamine C

Fraise = 150 g = 100,5 mg de vitamine C

1/2 pamplemousse = 200 g = 122 mg

1 orange = 200 g =114 mg de vitamine C

286052 (1).jpg

VITAMINES D

Elle intervient dans la régulation du métabolisme du calcium, aide les os à rester solides et rigides. Elle module l’immunité : ainsi, plusieurs études suggèrent qu’elle pourrait prévenir des maladies auto-immunes. Elle régule la pression artérielle. Elle possède un pouvoir anti-cancer et anti-inflammatoire.

Sous la forme de suppléments, elle prévient ou traite le rachitisme, pourrait prévenir les fractures d'ostéoporose, l’ostéomalacie. Elle diminue la pression artérielle. Elle pourrait prévenir des maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques et le diabète de type-1 (diabète de l’enfant). Les preuves qu'elle pourrait prévenir cancers et maladies cardiovasculaires manquent.

Où la trouver ?

Dans les poissons gras comme le saumon le maquereau, le hareng, les sardines en boîte, dans le foie de morue. Les deux champions sont le champignon Shitaké séché (800 à 1 000 ui/100g), et l’huile de foie de morue qui apporte 10 000 ui/100g. Ainsi une cuillère à café (5g) d’huile de foie de morue couvre largement les apports nutritionnels conseillés avec 500 ui/jour.

Autres sources en vitamine D :

Saumon =  480 - 800 ui / 100 g

Hareng et anchois  =  480 - 800 ui / 100 g

Sardine, maquereau = 320 - 480 ui / 100 g

Thon = 160 - 280 ui / 100 g

Sardine à l’huile = 300 ui / 100 g

Foie de veau = 20 - 120 ui / 100 g

Jaune d’œuf = 80 - 120 / 100 g

Beurre = 24 - 60 / 100 g

 

 

 

VITAMINE E

Les huiles :

 

- Huile de germe de blé = Elle contient environ 149 mg de vitamine E pour 100 g.

- Huile de tournesol mais avec modération ! L’huile de tournesol renferme environ 58,3 mg de vitamine E pour 100 g.

 

Attention : Cette huile contient trop d’acides gras oméga-6 pour être consommée de manière régulière.

- Huile d’avocat = L’huile d’avocat contient 45,3 mg de vitamine E pour 100 g.

- L’avocat seul est également une source, pour 100 g on retrouve environ 2 mg.

- Graines de tournesol = Les graines de tournesol renferment 42,3 mg de vitamine E pour 100 g.

- Huile de foie de morue =  L’huile de foie de morue contient 30 mg pour 100 g.

- Huile de noisette = L’huile de noisette contient 28,6 mg pour 100 g et la noisette 15 mg/100 g.

- Huile de colza = L’huile de colza contient 27,7 mg pour 100 g.

Autres sources en vitamine E :

 

Les sardines en conserve sont des sources de vitamine E, pour 100 g on retrouve environ 2 mg.

Les œufs. Un oeuf moyen pèse 60 g avec la coquille et 50 g sans. Pour 100 g soit environ 2 œufs moyens, on retrouve 2 à 3 mg de vitamine E.

Les épinards, les poivrons et les fruits oléagineux, sont également de bonnes sources de vitamine E.

LE SOLEIL EST AUSSI UNE SOURCE DE VITAMINE D

Recommandation : une exposition solaire de 20 à 30 minutes par jour sur 30% de la surface corporelle (au moins visage et bras), entre 10h00 et 15h00, à une intensité lumineuse équivalente à celle des mois de juin à octobre. Mais attention à ses inconvénients !

L’apport d’aliments enrichis permet d’augmenter les apports mais ne peut pas conduire à couvrir la totalité des besoins ni à entraîner de risque de surdosage compte-tenu de la réglementation.

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

CORONAVIRUS / COVID-19 : QUELQUES QUESTIONS REPONSES

D’où vient le coronavirus COVID-19 ?

Les premières personnes à avoir contracté le virus s’étaient rendues au marché de Wuhan dans la Province de Hubei en Chine. La maladie semblerait donc venir d’un animal (zoonose) mais l’origine n’a pas été confirmée.

 

Quels sont les symptômes du coronavirus COVID-19 ?

Les symptômes principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et la toux. La perte brutale de l’odorat, sans obstruction nasale et disparition totale du goût sont également des symptômes qui ont été observés chez les malades.

Chez les personnes développant des formes plus graves, on retrouve des difficultés respiratoires, pouvant mener jusqu’à une hospitalisation en réanimation et au décès.

Quel est le délai d’incubation de la maladie :

Le délai d’incubation est la période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes. Le délai d’incubation du coronavirus COVID-19 est de 3 à 5 jours en général et peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Pendant cette période, le sujet peut être contagieux : il peut être porteur du virus avant l’apparition des symptômes ou à l’apparition de signaux faibles.

Après avoir guéri du coronavirus, est-on immunisé ou est-il possible de tomber malade une deuxième fois ?

Après avoir rencontré un virus, notre organisme développe des défenses immunitaires appelées anticorps, lui permettant de se défendre contre ce virus. Cependant le risque 0 n'existe pas...

Comment se transmet le coronavirus COVID-19 ?

La maladie se transmet par les gouttelettes (sécrétions projetées invisibles lors d’une discussion, d’éternuements ou de la toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une discussion, d’une toux, d’un éternuement ou en l’absence de mesures de protection.

Un des autres vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact des mains non lavées souillées par des gouttelettes. C’est donc pourquoi les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale sont indispensables pour se protéger de la maladie.

Peut-on être en contact d’un malade sans être contaminé ?

Le risque est toujours présent, et plus le contact est long et rapproché, plus le risque de contamination augmente (plus de 15 minutes, à moins d’un mètre). C’est la raison pour laquelle la distanciation sociale et les mesures barrières doivent être appliquées. Il est donc possible de vivre avec un cas COVID-19 à domicile si l’on respecte scrupuleusement les gestes barrières.

Le virus circule-t-il dans l’air ?

Non, il ne peut pas vivre dans l’air tout seul. Le coronavirus responsable du COVID-19 se transmet par les gouttelettes, qui sont les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, qu’on éternue ou qu’on parle. Le virus est transporté par les gouttelettes, il ne circule pas dans l’air tout seul, mais peut atteindre une personne à proximité (<1 mètre) ou se fixer sur une surface souillée par les gouttelettes, comme les mains ou les mouchoirs. C’est pour cela qu’il est important de respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale.

Les moustiques peuvent-ils transmettre le virus ?

Non, il n’existe aucune preuve de transmission du virus à travers les moustiques, ou tout autre animal d’ailleurs. Le coronavirus COVID-19 se transmet entre humains, via les gouttelettes respiratoires.

Existe-t-il des risques liés aux animaux domestiques (d’élevage et familiers) ?

Non,Il n’existe aucune preuve que les animaux domestiques jouent un rôle dans la propagation coronavirus COVID-19. De plus, le passage du coronavirus COVID-19 de l’être humain vers une autre espèce animale semble peu probable.

Existe-t-il des risques liés aux aliments ?

Le passage du coronavirus COVID-19 de l’être humain vers une autre espèce animale semble actuellement peu probable, et la possible contamination des denrées alimentaires d’origine animale (DAOA) à partir d’un animal infecté par le COVID-19 est exclue.

Les aliments crus ou peu cuits ne présentent pas de risques de transmission d’infection particuliers, dès lors que les bonnes règles d’hygiène habituelles sont respectées lors de la manipulation et de la préparation des denrées alimentaires.

Bien entendu je reste à votre disposition pour de plus amples renseignements et conseils alors n'hésitez pas à me contacter via le formulaire de l'onglet "Contact".  Prenez soin de vous !